COURS PRATIQUE N°2 LES GAMMES ET LES TONALITES

 

LES TONALITES ET LES GAMMES

 

 

1°) LA THEORIE

 

Vous avez tous entendu parler des gammes, et vous en avez tous pratiqué.

 

Nous reviendrons plus tard sur l’importance extrême de celles-ci. Pour le moment, nous allons essayer de comprendre comment se compose une gamme majeure.
On devrait dire une gamme ( c'est-à-dire une suite de notes) bâtie sur le mode majeur ( celui qui définit les intervalles entre les notes).

 

Prenons la gamme de DO : DO-RE-MI-FA-SOL-LA-SI-DO

 

En partant de cette gamme, nous allons observer où se placent les demi-tons.

Comment le voir ? 

Et bien tout simplement :

S’il n’y a pas de touches noires entre deux touches blanches, il y a un intervalle d’un demi-ton.

Nous voyons donc que les demi-tons se placent entre MI et FA ainsi qu’entre  SI et DO, donc entre les 3ème et 4ème degrés de la gamme et les 7ème et 8ème , disons III et IV et entre VII et VIII.

Prenons l’habitude de les  nommer ainsi en chiffres romains.

 

Nous avons donc :

I         II      III     IV      V      VI     VII    VIII  

DO     RE    MI    FA    SOL    LA    SI      DO

       1        1       ½      1        1         1       ½       ( tons)

 

Nous pouvons donc en déduire le théorème suivant :

Définition de la gamme majeure  ( appelée aussi Mode IONIEN, c'est-à-dire bâtie sur le mode de do, de l’ancien grec) :

La gamme majeure ( ionienne) se compose de 8 notes, donc de 7 intervalles.
5 intervalles d’1 ton, et 2 intervalles de ½ ton.

Les intervalles de ½ ton sont toujours placés entre les III et IV notes et entre les VII et VIII .

 

Voici le grand premier secret révélé.


Car il va falloir les « traduire », les trouver dans les autres tonalités.

Vous n’êtes pas sans savoir que la musique occidentale évolue dans un système dodécaphonique ( du grec dodeca = 12).
C'est-à-dire que nous avons douze tonalités puisque douze notes dans les gammes chromatiques,  plus simplement, si je vais de DO à SI, en jouant les notes blanches et les notes noires sur le piano.

Donc: DO DO# RE RE# MI FA FA# SOL SOL# LA LA# SI

 

Si je sais bien compter, cela fait douze. On ne compte pas le DO de l’octave puisqu’il existe déjà en tout premier dans cette gamme.

Donc, si l’on prend chaque note de cette gamme chromatique, et qu’on en fait la fondamentale d’une nouvelle gamme, en respectant scrupuleusement la place des demi-tons qu’il y a dans la gamme de do, on va reconstruire les autres gammes majeures en décalant les ½ tons.

 

Par exemple :

   I         II       III     IV       V      VI     VII    VIII 

 RE     MI      FA    SOL    LA    SI     DO     RE

 

N’oubliez pas que RE devient I, et n’est plus II deuxième degré de la gamme de DO.
Regardez votre piano, vous comprendrez bien plus aisément.

 

Tout est décalé. Livrez-vous à ce petit jeu mathématique et géométrique, voire même « géographique », et vous verrez  que tout s’enclenche à merveille.

 

Ce qui nous donne ( pour plus de clarté, voyons uniquement pour le moment les gammes de DO RE MI FA SOL LA SI en omettant sciemment les gammes diésées et bémolées):

 

            I         II       III     IV       V      VI     VII    VIII  

DO        DO      RE    MI     FA     SOL   LA    SI      DO
RE         RE      MI     FA#  SOL   LA     SI      DO#  RE

MI          MI      FA#  SOL# LA     SI      DO#  RE#   MI   

FA          FA     SOL   LA     SIb    DO    RE     MI     FA

SOL       SOL    LA     SI      DO    RE    MI     FA#    SOL

LA          LA      SI      DO#  RE    MI     FA#   SOL#  LA

SI            SI       DO#  RE#   MI    FA#   SOL# LA#     SI

 

Vous remarquerez qu'il n'y a qu'un bémol parmi tous ces dièses ( nous l'avons mis en rouge pour bien vous le montrer). Il s'agit du SIb dans la gamme de FA. Alors Mesdames, Messieurs, je vous demande ce que vient faire ce SIb la dedans?
Allez, réfléchissez... Allez, encore un peu... mince !
Pourquoi faut-il tout vous dire? Vous êtes des assistés ou quoi?  Bon, Kévin, Dominique, Laura, Fabien, Emmanuel, Sandrine ( ce sont des élèves à moi)?
Bon, allez ça va, je vais vous l'expliquer ...
Nous avons vu que dans la gamme bâtie sur le mode majeur ( mode ionien), les demi-tons doivent être toujours placés entre III et IV et entre VII et VIII. C'EST UNE CHOSE IMPERATIVE!! Si vous ne comprenez pas que l'emplacement des demi-tons déterminent un mode, vous n'irez jamais bien loin dans la musique !!! C'est votre ami Patrice Gelsi qui vous le dit.
Dans le cas de la gamme de FA, si nous jouons

  FA-SOL-LA-SI
   I     II     III   IV
nous nous apercevons qu'entre le LA et le SI, il y a un écart d'1 ton alors qu'il nous faut 1/2 ton !
Là, 'on n'est pas dans la merde'! Alors on va réduire cet intervalle de moitié ( enfin presque de moitié, à un comma près. Qu'est-ce qu'un comma?  Je l'expliquerai plus tard car je suis un peu fatigué... Ouais, rigolez, rigolez, mais rira bien qui rira le dernier...). Et pour réduire cet intervalle de moitié, on va être obligé de 'descendre', c'est à dire de rendre plus grave d'un 1/2 ton, ce fichu SI bécarre. Et l'action de descendre, c'est à dire de rendre plus grave d'un 1/2 ton, s'appelle une 'BEMOLISATION' . Donc le SI bécarre va devenir SIb. Do you understand me ? That's right !
On continue.

Et les bémols et les dièses me direz-vous?
Bon, et bien je vais commencer par les bémols... parce que je fais ce que je veux...et que je préfère concevoir en bémols qu'en dièses. De toutes façons, vous pouvez faire la transcription vous-même, parce que si je vous fais la gamme de REb vous pouvez peut être trouver la gamme de DO#. Car, si vous regardez votre clavier, vous verrez qu'il n'y a pas de différence entre le REb et le DO#, c'est la même touche ( en fait, il y a une légère différence, une histoire de commas, c'est à dire de 9ème de ton d'après le système de Zarlino- atttention j'ai bien dit Zarlino, je n'ai pas dit Pythagore!- j'expliquerai cela plus tard).
Donc, dans mon pays, comme dirait 'l'autre', il y a 5 bémols ( du moins en musique occidentale), et on va se les faire:

 

REb        REb   MIb   FA   SOLb   LAb   SIb  DO  REb
MIb         MIb   FA    SOL   LAb    SIb    DO   RE   Mib
SOLb      SOLb  LAb  SIb    SI        REb   MIb  FA   SOLb
LAb         LAb   SIb    DO    REb    MIb   FA   SOL  LAb

SIb           SIb     DO    RE    MIb    FA     SOL   LA   SIb

 

Tiens, puisque j'y suis, je vais vous donner l'ordre des bémols à la clé, cela ne vous fera pas de mal :

                     Si, mi, la, ré, sol, do, fa
Cela se met sur la partition en haut à gauche, au début.
Je vais vous le scanner tantôt. Parce que mon logiciel musical ne marche plus, je dois le remplacer...
ON me demande souvent à quoi servent ces bémols au début d'une portée ... Et bien, il servent à déterminer la tonalité pardi! ( je vous signale que je fais de l'humour à 2 balles pour détendre l'atmosphère, et pour tenter de faire paraître ces études 'prises de tête', plus conviviales et 'démocratiques' ( quoi, démagogique dites-vous? mais non... )...) Beaucoup d'élèves me demandent comment faire pour déterminer la tonalité si on ne connaît pas ces altérations par choeur? Et bien, je vous réponds en 2 mouvements : 1°) Il est impératif que vous connaissiez la gamme de FA et que vous sachiez que celle-ci ne comporte qu'un seul bémol qui est SIb, donc si vous avez SIb à la clé, vous êtes en FA, il est important que vous le sachiez.
2°) A partir de 2 bémols, on est dans la tonalité de l'avant-dernier bémol.
Bon sang, qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire 'avant dernier bémol'? Regardez, si on a SIb et Mib à la clé, on s'aperçoit que, si on lit normalement de gauche à droite, le dernier bémol est MIb, l'avant-dernier est donc celui qui se trouve juste avant le dernier... ah!ah!ah!ah! donc, si on a SIb-MIb, on est en SIb, si on a SIb-MIb-LAb, on est en MIb, etc...

 

Il est très important que vous compreniez comment se construisent ces gammes, vous verrez leur extrême importante plus tard, mais je suppose que pour la plupart d’entre vous c’est déjà fait.

Cela c’est la théorie.


IL nous faut aussi considérer la pratique.

Vous devez vous entraîner à faire ces gammes en procédant par l’ordre d’apparition des bémols et des dièses ( vous trouverez ces gammes et leurs doigtés dans n’importe quelle méthode pour débutants qui se respecte, en commençant par la Méthode Rose, c’est à la fin du livre.

 

Voici les gammes dièses…( à faire )

 

DO#

RE#

FA#

SOL#

LA#

 

Il est très important de pratiquer ces gammes…Tout le monde l’a fait avant vous, et je ne vois pas pourquoi vous ne les feriez pas à votre tour.

 

Nous verrons plus loin un moyen beaucoup plus ludique d’évoluer dans diverses tonalités…


Il y a beaucoup d’autres modes, mais je vous garantis que le Mode Ionien ou gamme majeure constitue le fondement de tout travail, que ce soit pour les exercices, pour l’improvisation (peut être aussi pour l’étude de la composition).

Car il y a interaction entre les modes et tout dépendra de ce que l’on considérera, comme la Fondamentale, dans nos voyages et nos envolées de phrases musicales.

Ai-je été assez clair ?

Mais nous n’en sommes pas tout fait là.

 

Révisez-moi pour le moment les gammes majeures s’il vous plaît.

 

 

2°) PASSONS A LA PRATIQUE

 

*     Vous allez prendre ces deux accords :

                                    RE m7   et DO 7M

Ou , si vous préférez     Dm7    et   C maj 7


Nous étudierons plus tard la composition des accords.
Pour le moment, ce que je vous demande, c’est de plaquer ces accords, de la main gauche  et d’évoluer mélodiquement de la main droite… c’est le but non ?

 

Voici la composition de ces deux accords :

 

RE m7 ( Dm7) : RE – FA – LA – DO

DO 7M ( C maj 7) : DO – MI – SOL - SI

 

Voici la grille qu’il vous faut suivre :

 

RE m7

RE  m7

DO 7 M

DO 7 M :ll  AD LIB…

 

Vous voyez, on ne peut pas faire plus simple.
Mais si l’on veut être pédagogue, il faut vraiment commencer par le début.

Vous êtes en DO, pas d’altération «  primales »

 

Mais, attention, en aucun cas vous devez vous servir de la fondamentale ( DO – I ), et de la quarte ( FA - IV ).
m’entendez-vous ? En aucun cas… pour le moment s’entend !

Chaque chose en son temps…

 

Nous voilà donc avec cette gamme-ci :

RE – MI – SOL – LA – SI : 5 notes. C’est déjà énorme vous savez . Pouvez-vous vous imaginer le nombre de combinaisons possibles avec ces 5 notes ?

S’il n’y en avait pas beaucoup, tout le monde gagnerait au loto…
De plus, ici, sur un piano, vous avez 8 octaves… alors vous pensez…

 

Mais les exercices et diverses études s’appliquent à tous les instruments sans exception ( la seule limite sera la tessiture).

 

Il serait sympa que vous jouiez et travailliez avec un copain qui joue de la guitare ou de la flûte ( même à bec), du sax… etc, mais attention, tous ces instruments ne sont pas en DO.

 

Instruments en DO

Instruments en SIb

Instruments en MIb

Piano forte

Guitare

Flûte traversière

Flûte à bec

Harmonica

Violon

Violoncelle

Contrebasse

Clarinette

Sa soprano

Sax ténor

Trompette

Sax alto

Sax bariton

 

Maintenant que vous savez cela, vous n’avez plus qu’à transposer. Comment ? nous verrons cela plus tard.

Demandez à vos copains instrumentistes, ils doivent le savoir…

 

Bon, vous avez travaillé ça … OK


* Passons à une extension du II-V-I ( 2-5-1)

Soit D m7 et Sol 7 ( G 7)

 

SOL 7 ( G7 ) := SOL – SI – RE – FA


Vous allez jouer un rythme afro cubain, style salsa, très lent tout d’abord.

Entraînez-vous les deux mains séparément.
Puis, les deux mains ensemble en accords.
Essayez de bien faire correspondre les 2 mains dans le rythme. Détachez bien les notes et surtout allez lentement au début.

 

Attention, là, il y a 2 accords par mesure.
Ce qui nous fait dans la gille :

     

Dm7 / G7

Dm7 / G7

Dm7 / G7

Dm7 / G7 :ll  AD LIB…

 

Ancrez-vous bien sur le rythme, lentement … non lentement…
Essayez d’assurer le rythme.

Jouez comme cela le plus longtemps que vous pouvez, jusqu’à en avoir mal aux mains… Pour certains, c’est un quart d’heure, pour d’autres, c’est 3 heures.

Mais plus vous jouez, mieux c’est…

 

Bien…
Vous êtes fatigué .


Nous sommes un autre jour, et nous reprenons les cours.

 

Vous allez maintenant jouer les accords de la main gauche, et improviser de la main droite, toujours en DO et en évitant le DO et le FA .

 

Là, il vous faut imaginer dans votre tête, les instruments de percussions et la basse…

Si vous n’avez pas de copains sous la main… là, c’est dur. Cela parait facile comme cela, mais sur le piano, c’est dur, surtout si vous êtes en solo.


Si vous n’arrivez pas à syncoper votre main gauche, tapez seulement les accords en blanches… De toutes façons, nous avons dit que vous commencerez le plus lentement possible. Je préfère que vous laissiez tomber le métronome au début. Laissez parler votre rythme intérieur.

 

Bon, faites les exercices 1°) et 2°) sur plusieurs jour, voire sur plusieurs semaines.
En fait, faites agir votre imagination. Ce ne sont pas que des exercices… c’est bien là l’important de la chose ! Je ne vous donne pas, pour le moment, de plans écrits, parce que vous allez vous en servir, et que la musique ne viendra pas de moi.
Or, il est très important qu’elle vienne de vous !

 

Nous avons ces 5 notes : RE – MI- SOL – LA - SI

Cela devient un peu lassant.

Travaillez les espaces entre les accords. On a tout le temps tendance à l’oublier alors qu’ils constituent le cœur de   la musique.

 

Voilà le deuxième secret !

Les espaces temporels

 

Exemple : vous pouvez mettre le FA lorsque vous atteignez l’accord de D m7 sur l’ex 1. En fait, vous pouvez développer une figure de notes avec le FA.
Dès que votre main gauche quitte le clavier pour aller rejoindre de Dm7.
C’est là que réside le secret !

N’oubliez pas qu’entre le commencement d’un temps et le début du 2ème, il y a une éternité … oui vraiment !

 

Schéma

1                   2                   3                    4                   1

/---------------/---------------/---------------/----------------/

 

Ca, c’est une mesure, vous comprenez ce que je veux vous dire. Ce n’est pas 1-2-3-4, c’est 1-2-3-4-1. Voyez-vous la différence ?

Mais si cette mesure est considérée comme une mesure faisant partie qui a déjà commencé, cela nous donne :

 

4

/-----------/------------/-----------/-----------/----------/

       X     1               2             3              4      X’   1

 

X X’ : cela nous fait deux espaces de temps en plus. C’est absolument gigantesque en musique.

 

Donc, servez-vous de ces espaces-temps pour enrichir votre discours musical, car dans ces espaces, ABSOLUMENT TOUTES LES NOTES VOUS SONT PERMISES !

 

C’est là le 3ème secret.


A condition que vous ayez assez de talent, de technique et d’inspiration pour y « nicher » ce que vous voulez.
Et pourtant, je vous assure que c’est cela la musique. C’est pour cela qu’il y a eu des Mozart, des Parker… etc.

Si vous n’étudiez pas soigneusement ce paragraphe, c’est foutu pour vous ? Et bien que mes textes soient protégés et que de ces extraits sortira une Méthode, d’autres ( je parle des profs) ne vont pas se gêner pour me copier copieusement.
Mais je suis le premier, du moins en France, à enseigner de cette manière.

Alors, ne me laissez pas tomber.

SVP

Merci

 

 

Vous avez maintenant les 7 notes de la gamme de DO.
IL nous faut rajouter maintenant les fameuses « notes bleues »
â la tierce mineure ( MI b) en DO, et la septième mineure

(SI b) toujours en DO.

 

Le passage de ces deux notes à altération accidentelle, doit évidemment se faire au début entre les temps des accords, par des effets de croches, de doubles croches, de triples croches ou de triolets.

 

Ne commencez toujours pas vos phrases par DO…plutôt par SOL. Vous êtes donc en position de SOL avec ces notes à votre disposition.

SOL LA SI b  DO RE MIb MI FA SOL LA SI b SI

 

Vous avez maintenant une gamme de 13 notes.
Cela commence à prendre forme.


Mélanger ces combinaisons de notes avec goût et musicalité.
Evitez au départ les dissonances bien entendu. Le meilleur moyen étant de fabriquer des groupes de notes qui se terminent sur un temps avec une note faisant partie de l’accord que vous plaquez de la main gauche.

Ceci est le 4ème secret !

 

Il ne nous reste plus, à présent, qu’à introduire la fameuse « quinte bleue » chère aux musiciens de Jazz ( ou quarte augmentée : il y a une légère différence que je vous expliquerai plus tard).

 

Nous avons donc, toujours en partant de la position de SOL, qui vous donne ce que j’appelle une « position de force » qui vous permet de réaliser des changements de force adéquats à votre cheminement mélodique.

Mais n’oubliez pas que nous sommes, à la base, dans la tonalité de DO.
N’hésitez pas à penser les phrases avant de les jouer. Planifiez-vous, prévoyez les doigtés que vous allez employer et en avant !

 

Maintenant, nous avons à notre disposition :

SOL LA Sib SI DO RE MIb FA FA# SOL LA Sib SI DO

                                                       /

                                          ( ou SOL b, quinte

                                                diminuée ou

                                         quarte augmentée )

 

Cela nous fait 14 notes.
Largement de quoi faire.

Alors, à vos instruments !

 

Surtout, n’oubliez pas, placez les notes hors de la tonalité d’origine entre les espaces des temps donc du plaquage des accords !

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site