LE PIANO-OFFRANDE...

 

LE PIANO-OFFRANDE

 

 

 

Le Piano-offrande… Prenez-le

Venez avec moi sur le piano-vaisseau…

La Clé des songes…

 

Autre vie, autre dimension,

Autre système solaire,

Là, dans un coin de l’espace,

Je vous attends,

Habillé ainsi, peut être…

Je vous attends pour vous donner

Le Piano-offrande…
Prenez-le…

Il vous emmènera vers un océan de lumière, de poésies et de rêves.
Et alors, vous pourrez dire :

« Moi aussi, j’ai trouvé la clé des songes ».

 

Entendez-vous les mélodies de Bird?

Entendez-vous son chant d’oiseau de l’Infini ?

Entendez-vous Diz, Fats, Brownie

Qui découpent leurs phrases comme des orfèvres de « haute volée »?

Entendez-vous les accords majestueux de Duke Ellington

Qui vous conduisent dans des contrées insoupçonnées,

Dans des « Ailleurs de cathédrale »?

« Is god a three little word for god. Is love a four little word for love?”

Oui… “come Sunday”

Il y a urgence.
Le “poète ducal” m’a redonné l’espoir ! Alléluia !!

Voici la brillance des cuivres de Count Basie :

Sonny Payne… Wooh ! bonf !!

« Shiny stocking »…N’est-ce pas lumineux …

Sonny Cohn ?

Et les fantômes de Lester Young, d’Herschel Evans…
La « pêche finale »…

Ponctuation élastique…

Je tiens Bud Powell par la main

Et nous allons retrouver Phinéas Newborn…

«  Stella by starlight »… Oui, Stella à la lumière des étoiles…
La lumière, toujours la lumière…

Et dans la lumière nous attendent

John Coltrane, Paul Gonsalves, Jimmy Forrest,

Sonny Stitt, Phylly Jo Jones, Buddy de Franco

Et bien d’autres que je nommerai plus tard

Accompagnés de Stella bien entendu.

Et c’est dans la clarté lumineuse et stellaire

Que nous avons rêvé en refaisant le monde.

La musique-clé-des-songes-liberté !!... Oui…

« On a clear day… on a clear night… »

Nous avons parlé de tout ce que nous aimions,

Et nous nous sommes aperçus que cela faisait beaucoup de choses.

« My Favorite things »… Our favorite things…

Oui, toutes nos choses favorites…

Et par-delà la courbure du cosmos étoilé,

Nous avons ri et crié nos passions…

« A love supreme »… Oui… a love supreme..
Et Jean le Train ( John Coltrane)  était parmi nous, toujours…
Le Train n’arrêtait pas de siffler à la manière de l’Oiseau (Charlie Parker)

C’était quelque chose vous savez…

On aurait dit que les étoiles dansaient

Pendant que ces deux là sifflaient et gazouillaient avec Eric Dolphy.

…Le Train et l’Oiseau…

Et puis tout le monde s’est mis à « pépier »,

Comme des milliers d’oiseaux de paradis.

Même Jimmy Blanton et Oscar Pettiford s’y sont mis…

Pépiements-gazouillis des espoirs-clé-des-songes-liberté…

Et Bud Powell et moi, nous nous regardions avec des yeux humides….

Des yeux d’enfants émerveillés…
Et « Stella » restait près de nous,

Sa chevelure tombait en cascade de notes bleues et blondes

Sur ses yeux,ses reins et ses jambes…
C’était… merveilleux…

 

 

Patrice Gelsi

Tous droits réservés SACEM 2006

 

 

( Patrice Gelsi, tous droits réservés, extrait du site : http://www.patricegelsi2.fr.tc ouvert le 1er juillet 2006 )

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site