A LIRE ABSOLUMENT : LE CRI DU COEUR

Nouvelle Didactique

Le cri du cœur et de l’âme


Ici, Patrice se livre à un exercice de style : il profite de ses états d’âme du moment pour créer une Nouvelle tout en citant, lors de ses conversations avec Charles Mingus, Charlie Parker, Dizzy Gillespie et Max Roach, les principaux noms des musiciens de jazz de toutes époques et sur les instruments suivants, saxophone alto, ténor et baryton, flûte, trompette, piano et section rythmique ( batterie basse), cela tout en développant quelques mots acerbes sur sa vision de notre société.

Pour les gens qui ne seraient intéressés que par les noms du jazz lisez quand même cette nouvelle depuis le début, car les noms des musiciens arrivent soudainement sans crier gare. Nous avons préféré ce moyen qui semble plus ' littéraire ' plutôt que d’égrener froidement les dates, des époques, et des noms que vous pourrez trouver par ailleurs en feuilletant les livres adéquats ( en fait, pour les noms des musiciens, il serait étonnant que vous les trouviez, comme cela, dans un seul livre, car Patrice Gelsi a, dans ce domaine, une culture certaine.

Lors de ses voyages, de ses concerts et de ses rencontres avec maints musiciens de jazz, il a su acquérir une expérience redoutable dans cette . Etant donné qu’il cherche des modèles féminins pour ses réalisations telle ' La légende de Zabriska ', vous le surprendrez ici dans une déprime momentanée dont il se sert, non sans un certain humour, pour vous faire partager sa vision d’un certain monde. Mais ne vous y trompez pas, les noms de ces musiciens sont bien réels, ils ont eu une importance extrême dans la musique dite de jazz.

A vos ' clics… '

Claire Barron

 

 

 

LE CRI DU CŒUR ET DE L’AME…

 

Alors, voilà…
L’histoire doit-elle s’arrêter là ?

C’est ce que vous semblez vouloir,

Puisque vous ne me lisez pas.
Cela devait être le site du siècle !

Du XXIè siècle je veux dire.
Avec toutes les idées que j’ai…
Et patati, et patata…
peut être vais-je m’arrêter là,

Je suis tellement fatigué

Fatigué d’écrire, fatigué d’aimer…
fatigué de croire, fatigué d’espérer .
Wanda et les autres modèles m’ont écrit,

Par @mail interposé.
Toujours cet ' @ ' qui devait faire communiquer les gens entre eux.

Tu parles…
quelle farce !

Je suis déprimé ?

Certainement oui…

Tous les gens bien pensants…
et moi, dois-je jouer aussi le rôle

Du musicien-enseignant ' bien pensant '

Tiré à quatre épingles ?
un espèce de cadre supérieur à la ' con '

De la Musique et des Beaux-Arts,

Un cadre à la ' con '…
dans une société à la ' con '…

Avec des objectifs à la ' con '.
Un ' monsieur ' bien pensant

Qui doit sourire à Wanda

Quand celle-ci lui dit 

Qu’elle a été modèle pour David Hamilton !

Alors, c’est pour cela que je dois rester béat

Et attendre, pendant un milliard d’années,

Qu’elle veuille bien me téléphoner !

Non mais, vous m’avez bien regardé ?

Ainsi, vous voulez que j’arbore

Un sourire béat ?

Que je me sente satisfait ? quand un mannequin me dit

Que sa sonnerie de téléphone résonne

Des notes de ' Fly me to the moon '…
Il faudrait que je sois vachement content…
Mais où es-tu Wanda ?
Où êtes-vous les Autres ?

Me tendez-vous la main que moi je vous tends,

Etes-vous tous en train de vous faire une bonne bouffe,

Ou une partie de jambes en l’air,

Ou en train de regarder une sacro-sainte

Emission de ' télévision sacrée de la culture gigantesque du XXIè siècle des Lumières à la Con ' ?

XXIè siècle … tu parles

De qui se fout-on ?

Vous m’avez pas compris que c’est de nous qu’ils se foutent ? 

Mais alors, vous n’avez pas compris,

Les élèves, les modèles photos, les danseuses

Et les autres…
Vous me laissez seul ?

C’est vraiment ce que vous voulez ?
Bon, laissez-moi tomber, Wanda

Le mannequin venu du Nord, comme les autres.
Je vais me renfermer de nouveau sur moi-même.
Avec mes enfants et mes animaux…
Et les musiciens, et les poètes.
Et les ' vrais gens ' quoi, les gens normaux !

Pas ceux qui nous balancent des injures monstrueuses dans des embouteillages de merde, dans nos mégapôles qui devaient nous servir de paradis.

Mais bien sûr ! ! le paradis des cités ?

Le XXIè siècle-roi ! Roi des cons…
Alors, Wanda, vous allez me laisser mourir.
Comme les autres ?
Parce que vous êtes tous embourbés dans vos problèmes,

Vous ne voulez pas m’aimer ?

Pourquoi ?

Parce que je joue plus de deux accords à la fois.
Parce que je ne suis pas un petit chanteur de variété bien gentil.
Ou un ' crooner ' de 3ème zone.

Parce que je ne vous propose pas des choses que l’on pourrait juger normales : des petites photos bien gentilles, des petits textes de chansons bien accessibles au plus grand nombre, pour qu’on se fasse un maximum de fric ?

Vous m’en voulez parce que je vous parle de musiciens monstrueux qui ne sont pas très connus ?

Du moins, par rapport à certains autres qui embrassent une carrière d’artiste comme s’il s’agissait d’une carrière d’épicier ou de garagiste.

Vous m’en voulez parce que beaucoup de ces gens sont noirs, ou morts, ou ne sont pas de ce siècle, ou qu’ils ne font pas une musique dite actuelle qui ne passe pas dans les clips vidéo ?


Alors laissez-moi mourir ou vivre seul…

Mais, vous l’avez compris, je ne suis pas sans panache. Et je vais terminer ce chapitre en beauté.

Je vais discuter avec ces magnifiques musiciens, ces poètes ou écrivains, ces acteurs, et même ces princesses de la forêt et ces déesses nues.

                                  Barry Harris

 

 

Bill Evans

Eh oui, Wanda ! Parfaitement. Et si vous ne voulez pas poser pour moi, ce n’est pas grave !

Certes, vous m’avez fait très mal,

Mais ce n’est pas cela qui m’arrêtera.

L’implication, la corrélation.
Vous comprenez cela ? Non ? Les élèves non plus, cela ne fait rien.

Wolfgang Amadeus Mozart

 

Finalement, je m’en fous, j’ai mal mais je m’en fous.

C’est pas vrai, Ming… toi aussi tu voulais changer les autres.

Comme Bud, Bird, Trane et tout le tremblement. Mais qu’est-ce que nous avons changé ?


Et toi, Bill Evans, à quoi cela te sert-il d’aimer autant Bud Powell ( ici placer le truc de F Paudras). La plupart des gens qui t’écoutent, les bien pensants, ne le connaissent même pas.
Pas plus qu’ils connaissent Barry Harris, Winton Kelly, Kenny Barron, Junior Mance, Phinéas Newborn Junior, Jimmy Jones, Horace Silver, Billy Taylor, Teddy Wilson, Johnny Guarnieri, Richie Powell, Willie ' the lion ' Smith, Mel Powell, Billy Kyle, Sir Charles Thomson et j’en passe. Pourquoi ne les connaissent-ils pas Ming (Charles Mingus), parce qu’ils s’en foutent.

Jean Sébastien BACH

 

Parfaitement, Ming, ils s’en foutent.
Même toi, ils ne te connaissent pas.
A la rigueur, Louis Armstrong. Oui, là ils connaissent. Louis , Satchmo. Pour eux, c’est ça le jazz.
Des types Noirs qui gueulent des ' Oh Yeah ! ' avec des énormes yeux qui roulent comme des boules de loto ! C’est pas vrai Ming ?

Ne t’en fais pas, Ming, je sais que Satchmo était un immense créateur… Justement, moi je le sais… mais eux ?

Tu ne dis rien, parce que tu sais que j’ai raison.

     Suite ' à lire absolument' à la rubrique suivante..

                       

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site